RASHOMON - Drame

Rashômon est un film réalisé en 1950 par Akira Kurosawa avec Toshirô Mifune, Masayuki Mori

Durée : 1h28

Sortie : 18 avril 1952 (France)

Réalisateur : Akira Kurosawa

Genre : Drame - Film à énigme

Nationalité : Japonais

Distribution
 

Synopsis 

Le film se déroule durant l'ère Heian (IX-XII siècles), période de troubles et de guerres civiles. Sous le portique de Rasho (Rashomon), trois hommes, qui s'abritent de la pluie diluvienne, vont se mettre à discuter pour passer le temps : un bûcheron, un prêtre et un passant venu les rejoindre. Le sujet de leur conversation est la mort d'un samouraï, tué quelques jours auparavant par un bandit.

Critique Télérama - Jacques Morice

Une pluie diluvienne, signe que l’enfer n’est pas loin. Nous sommes au Xe siècle. Trois hommes — un bûcheron, un bonze et un vagabond — se sont réfugiés dans un temple en ruine. Ebranlés, ils évoquent un fait divers à l’occasion duquel deux d’entre eux ont déjà témoigné : le meurtre d’un samouraï et le viol de son épouse. Un bandit (Toshirô Mifune, génial acteur fétiche de Kurosawa) a été condamné, mais la vérité sur cette affaire n’est pas clairement établie. Quatre versions au moins, racontées en flash-back successifs, révèlent le caractère indéchiffrable de l’événement.

Lion d’or à Venise et oscar du meilleur film étranger, ce chef-d’œuvre a fait connaître Kurosawa en Occident et découvrir tout un pan du cinéma japonais. Jeux d’ombres et de lumière scintillante à travers les frondaisons, amples mouvements de caméra, multiplicité des points de vue… Plongée dans la nature luxuriante autant que dans les méandres de l’âme humaine, le récit évolue parfois aux franges du songe, de la hantise. Le monde ici exploré est un désordre barbare, où la foi dans l’humanité persiste malgré tout. Détail étonnant : la musique, spirale lancinante, sonne comme une variante nippone du Bolérode Ravel.

gallery/distrif